Kokki Dojo, la victoire sur Soi par l’Aïkido

Kokki Dojo et l’Aïki Budo Fraternity

L’École Kokki Dojo a été fondée en 2013. Le terme Kokki (克己) signifie « la victoire ou maîtrise sur soi-même », car « vaincre signifie l’emporter sur ses pairs ; l’emporter sur ses pairs signifie se vaincre soi-même » (Hayashi Razan, philosophe néo-confucéen japonais, 1583-1657).

Kokki Dojo est membre de l’Aïki Budo Fraternity dirigée par Christopher Charles Moslin. Quatre clubs y sont représentés en Belgique :

  • L’aïkibudo kaï à Jambes (responsable : Jean-François Lahaut),
  • Rasen à Nandrin (responsable : Jacques Mainil),
  • Musubi au Sart Tilman (responsable : Michel Protz),
  • Kokki Dojo à Floreffe (responsable : Emmanuel Van Rintel).

L’Aïki Budo Fraternity est une association « fraternelle » de différents clubs d’arts martiaux indépendants de toute fédération dite « sectaire ».

Notre Dojo et l’École Murashige Ryu

Notre dojo, situé à l’Ouest de Namur (Floreffe), est affilié à l’École Murashige Ryu (responsable : Michel Vanhomwegen).

Né le 7 Janvier 1895 dans le département de Yamaguchi (partie Ouest du Japon), Aritomo Murashige est issu de la famille Fujisada, une longue lignée de Bushi « guerriers gentilhommes ». Suite à leur défaite au combat, les membres de sa famille devinrent des rōnin, des samouraïs « sans Seigneur ». Exclus de la société basée sur les liens de loyauté envers le Seigneur, les ancêtres du Maître s’installèrent à l’écart des villes.

Ils n’en restèrent pas moins des « Gens de Budo (bu « guerre », dō « voie » -> budo, arts martiaux japonais) », car bon nombre d’entre eux s’étaient consacrés toute leur vie aux Arts Martiaux. Le Maître Murashige s’initia au Budo à l’âge de 13 ans avec le Kendo « La voie du sabre », avant de commencer l’apprentissage du Judo et de l’Aïkido. Nommé 9ème Dan Aïkido, 5ème Dan Kendo, 5ème Dan Judo – pour ne citer que les disciplines les plus connues -, le Maître s’est astreint à des entraînements journaliers et intensifs, tout au long de sa vie. Arrivé en Europe en 1962, il effectua un court séjour à Gent avant d’être accueilli à Bruxelles, au Dojo « Budo-Club Samouraï », par le Professeur Jean André. Bientôt, ses connaissances et sa maîtrise technique, ainsi que son esprit Budo, franchirent les frontières belges à l’occasion de stages et de démonstrations (Cambrai, Thonon-les-Bains, etc…). Décédé en mars 1964, il a donné une impulsion majeure à la pratique des arts martiaux en Belgique.

Quelques mots sur notre logo : Ensō

Ensō de Ryonen Genso (1646-1711)

Ensō de Ryonen Genso (1646-1711)

Notre logo figure le cercle, Ensō en japonais (円相), symbole de l’illumination et de la vacuité dans le bouddisme zen. Sa calligraphie, un simple cercle tracé avec un seul coup de pinceau large, figure l’infini du vide, le « non-chose ». En même temps, elle nous rappelle l’harmonie entre la forme et le vide : la forme n’existe que par le vide du cercle, et le vide que par la forme qui le délimite. Enfin, le vide est riche de tous les possibles et représente le parfait état méditatif ou encore la pratique et l’éveil qui sans cesse se renouvellent.

Appliqué à l’Aïkido, ce cercle de la vacuité renvoie au Do-Kan, anneau de la Voie, cycle sans commencement ni fin qui fait du pratiquant en aïkido un éternel disciple. La voie de l’apprentissage est sans limite. Il nous invite également à tendre vers l’harmonie intérieure et extérieure, vers la victoire sur soi et l’harmonie du mouvement. Tori (celui qui exécute l’exercice) et Uke (celui qui subit l’exercice), partenaires et non adversaires, atteignent alors l’harmonie dans le mouvement, à l’instar du vide et de la forme.